« L’Espace pour notre Planète » au Living Planet Symposium à Bonn

L’exposition “L’Espace pour notre planète” sera présentée à l’extérieur du bâtiment des Nations Unies devant le Centre de conférence mondial (WCCB) à Bonn, en Allemagne, à l’occasion du Living Planet Symposium de l’ESA. Organisé avec le soutien de l’agence spatiale allemande (DLR), ce symposium rassemble des scientifiques et des chercheurs du monde entier, mais aussi des industriels et des utilisateurs de données d’observation de la Terre pour présenter les dernières découvertes sur les sciences de la Terre. 

Une cérémonie d’inauguration aura lieu le 23 mai à 8h30 devant le WCCB en présence du directeur général de l’ESA, Josef Aschbacher, de Walther Pelzer, président de la DLR et de Simonetta Cheli, directrice du programme d’observation de la Terre de l’ESA. Le partenariat avec la DLR nous a permis d’ajouter des témoignages sur le rôle de l’Espace pour surveiller la qualité de l’eau, aider les agriculteurs face au changement climatique et mettre en place des systèmes d’alertes contre les incendies. 

Organisée par Fiorella Coliolo et Benoit Delplanque, l’exposition “L’Espace pour notre Planète” est développée sous le patronage de l’UNOOSA, avec le soutien de l’ESA, de la Commission européenne, de l’ASI, du CNES, du DLR, de Portugal Space, de NEREUS, de l’Union astronomique internationale (IAU) et de l’ONG canadienne GIVE.

Das World Conference Centre in Bonn
Das World Conference Centre in Bonn

L’Espace pour notre Planète à Toulouse

Dans le cadre de notre collaboration avec la Cité de l’Espace, l’exposition L’Espace pour notre Planète est désormais présentée sur leur site de Toulouse pendant six mois. Avec une moyenne annuelle de 375 000 visiteurs, la Cité de l’Espace est un lieu unique et leader en Europe, pour la diffusion de la culture spatiale et astronomique auprès du grand public.

En savoir plus : Cité de l’Espace: https://www.cite-espace.com

L’Espace nous aide à préserver notre patrimoine archéologique

Irma Della Giovampaola. Photo Credit: Giuseppe Fanizza

“Au cours des dernières décennies, de nombreux sites archéologiques d’une valeur exceptionnelle ont subi des dommages dus à des processus naturels ou à l’intervention humaine. L’observation de la Terre peut jouer un rôle très important dans le maintien et la préservation de notre patrimoine culturel. Le Parc archéologique du Colisée a lancé un système basé sur des données satellitaires pour surveiller les déformations du sol et des structures, évaluer le stress de la végétation, identifier les processus d’érosion et localiser les activités d’excavation et l’utilisation abusive des bâtiments.”

Irma Della Giovampaola, Archéologue, Ministero Della Cultura, Rome, Italie

“Le Troisième Paradis” de Michelangelo Pistoletto représenté dans L’Espace pour notre Planète

Photo: Giuseppe Fanizza

Michelangelo Pistoletto a commencé son travail d’artiste dans les années 50. En 2003, Pistoletto écrit le manifeste du Troisième Paradis [Il Terzo Paradiso] et dessine dans le sable son symbole iconique, reconfiguration du signe mathématique de l’infini. Entre les deux cercles contigus, qui signifient les deux pôles opposés de la nature et de l’artifice, il a inséré un troisième cercle central pour représenter le sein génératif d’une nouvelle humanité, un idéal qui subsume les polarités de la nature et de l’artifice et nie leur conflit destructeur dans la société d’aujourd’hui.

L’observation de la Terre a dépassé nos attentes pour rendre les actions de sauvetage plus efficaces

Photo: Fanuel Morelli
Photo: Fanuel Morelli

“Je pense que l’utilisation des données d’observation de la Terre par satellite est allée bien au-delà de nos attentes pour rendre les activités de sauvetage plus efficaces. Ces données améliorent notre compréhension des situations d’urgence et nous aident à identifier les zones les plus critiques, en particulier en cas de catastrophes naturelles comme les inondations, les tremblements de terre ou les incendies de forêt.”

Valentina Nocente – Officier Ingénieur, Service national d’incendie et de secours du ministère italien de l’Intérieur, Rome, Italie

L’Agence spatiale italienne (ASI) rejoint l’Espace pour notre Planète

L’Agence spatiale italienne (ASI) rejoint l’Espace pour notre Planète. “Lorsque nous avons discuté de la manière dont l’Agence spatiale italienne pourrait contribuer à cette exposition”, déclare Giorgio Saccoccia, Président de l’Agence Spatiale Italienne (ASI) “nous avons décidé de nous concentrer sur l’art et la beauté, liés à la protection et à la préservation de notre précieux patrimoine culturel, non seulement le patrimoine italien, mais le patrimoine culturel mondial. A partir des services rendus par les activités spatiales, nous avons voulu parler de l’observation de la Terre qui est l’une des solutions les plus importantes et immédiates que l’Espace apporte à notre planète. Tous ces objectifs trouvent une certaine synergie avec l’idée de paix, qui est bien sûr le but ultime vers lequel nous devons tous nous diriger en travaillant dans le domaine spatial”.

En savoir plus: https://www.space4ourplanet.org/fr/sp_partner/asi/

L’Espace pour notre Planète à Dubai Expo

L’Espace pour notre Planète a été présentée à Dubai Expo, dans le pavillon des Nations Unies, du 17au 24 octobre 2021 avec deux moments forts :

17 octobre – Space: The People’s Mission

20 octobre – Where the World Comes Together for Progress

L’Espace pour notre Planète à Paris

Une nouvelle exposition multimédia L’Espace pour notre Planète est présentée en France à l’occasion de la Fête de la Science à partir du vendredi 1er octobre 2021 sur les grilles du Jardin de l’Observatoire de Paris – PSL. Son objectif : faire découvrir au public les solutions que l’Espace apporte dans la transition écologique et pour un futur
durable.

Télécharger le dossier de presse.

L’Espace pour notre Planète à Bruxelles

L’exposition “L’Espace pour notre Planète” a été inaugurée le 27 Septembre 2021 devant le Parlement Européen à Bruxelles.

25 témoins à travers le monde, des pêcheurs aux experts du climat, des astronautes aux
étudiants, des océanographes aux médecins, ont été interrogés afin de comprendre
comment les technologies et applications spatiales interviennent concrètement dans la
réalisation des 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unis. Les ODD sont
un appel à l’action de tous les pays afin de promouvoir la prospérité tout en protégeant la
planète. Ils reconnaissent que mettre fin à la pauvreté doit aller de pair avec des stratégies
qui développent la croissance économique et répondent à une série de besoins sociaux,
notamment l’éducation, la santé, la protection sociale et les possibilités d’emploi, tout en
luttant contre le changement climatique et la protection de l’environnement.

Téléchargez ici le dossier de presse.

Sous le patronage de

Avec le soutien de